Bernard Paganotti – Légende du Zeuhl

//Bernard Paganotti – Légende du Zeuhl

Bernard Paganotti, musicien français d’origine algérienne, est un bassiste hors pair et habitué du Garage. On a pu le voir jouer aux cotés des plus grands notamment : Johnny Hallyday, Francis Cabrel, Vanessa Paradis, Mylène Farmer ou les Gipsy Kings… Cette liste déjà prestigieuse n’est pas la seule chose marquante que l’on retient de la carrière de l’artiste. Il a su mener à bien de gros projets dans des groupes notables, ou arborer de multiples casquettes : musicien, arrangeur, réalisateur… Découvrons ensemble son parcours !

En 1963, âgé de 13 ans, Bernard commence à jouer de la guitare qu’il délaisse un an plus tard au profit de la basse, son instrument de prédilection. Il fait une rencontre importante en 1966, Christian Vander, multi-instrumentiste français (batteur, pianiste, chanteur, compositeur) avec qui il monte le groupe Chinese, rapidement renommé Cruciférius Lobonz. Ils jouent pendant un an jusqu’à ce que Christian décide de partir, mais Bernard continue à jouer accompagné d’autres musiciens. C’est au sein de ce groupe, et pendant une tournée au Japon, qu’il rencontre sa femme Naoko, également musicienne, avec qui ils se produisent à Paris sur la première partie du groupe Vanilla Fudge, un groupe américain de rock psychédélique.

En 1970, Cruciférius Lobonz n’existe plus et c’est alors que Paga se met à accompagner quelques musiciens de variétés, avant de retrouver Christian Vander qui l’invite à rejoindre le groupe déjanté qu’il a lui-même fondé en 1969, Magma ! Les albums sont très variés, bien que toujours psychédéliques et axés rock, jazz, choral, le tout avec une pointe d’avant-gardisme ce qui a donné naissance au genre musical Zeuhl. Si l’on s’en tient à la définition qui nous est donnée, “Le terme zeuhl est utilisé en référence au groupe Magma, qui est à l’origine de ce genre musical. Dans la langue imaginaire créée par son fondateur Christian Vander, le kobaïen, « zeuhl désigne une sorte de mémoire cosmique en relation avec l’Univers, qui aurait mémorisé tous les sons existants dans les profondeurs de notre esprit. C’est lorsqu’on arrive à se dégager de toutes choses en musique que cette mémoire entre en activité pour correspondre avec l’Univers tout entier. »

Les musiciens vont et viennent au sein du groupe Magma (près de 150 musiciens ont pu y trouver leur place) si bien que Bernard quitte à son tour le groupe en 1976 pour former un autre groupe de Zeuhl, Weidorje (qui signifie “Roue Céleste”), en compagnie du claviériste Patrick Gauthier (ancien membre de Magma également) afin de jouer leurs propres compositions. Le groupe s’arrête rapidement quand Bernard rejoint Jacques Higelin en 1979 pour enregistrer deux albums, Champagne pour tous et Caviar pour les autres.

Enfin, un autre projet mené à bien au début des années 80 : il s’agit d’un autre groupe de Zeulh qu’il a lui même constitué, Paga Group, et sort son 1er album éponyme, Paga, en 1984. Ce groupe est constitué de la quasi-totalité des membres de Weidorje, ils enregistrent en tout 3 albums avec Haunted en 1988 et Gnosis en 1993 !

Tout cela pour dire que Bernard Paganotti est un bassiste d’exception, qui a su traverser les époques et styles musicaux, et c’est un plaisir de l’accueillir au Garage pour s’occuper de ses instruments ! Dernière opération en date, une basse réalisée par Jacobacci, initialement en 6 cordes et qui avait été passée en 5 cordes : il nous l’a confiée afin de la passer en 6 cordes de nouveau, avec l’installation de micros EMG P6, d’un chevalet Hipshot, de mécaniques Hipshot et d’un nouveau sillet !

 

Par | 2018-05-05T11:27:36+00:00 avril 20th, 2018|Artistes|0 commentaire